samedi 14 janvier 2017

Voici donc ma première partie depuis 2015, et la toute première pour ces figurines Perry Miniatures dont j'ai commencé la peinture en 2003, il y a donc sur la table 13 ans de peinture qui n'avaient pas encore servis, à l'exception de la petite partie organisée à Brive le 20 Janvier 2016.
Le terrain utilisé est le même qu'en 2015 :
 Le village en arrière plan est défendu par la division Chassé, et les drapeaux français que l'on voit attaquer appartiennent à une brigade de la division Jérôme. Les troupes de Brunswick que l'on voit au premier plan s'apprêtent à faire face au franchissement d'un gué par l'autre brigade de la division Jérôme.
 Le franchissement du gué, celui-ci a été dégagé par une charge de la brigade de Lanciers de la division Piré.
 Les pauvres débris du 1er régiment de Nassau qui défendait le gué.

 Vue du village : le bataillon de chasseur qui défend le mur du cimetière n'est pas d'une grande utilité (mauvais réflexe, les armes de la guerre de 70 ont de la portée). La règle utilisée est "Le Feu Sacré" de chez Too fat Lardies, et le tir est inclus directement dans la résolution du combat, sauf si le résultat est duel au feu. Le mécanisme de mêlée semble avoir été inspiré par les travaux du Colonel Ardant du Picq.
 Le Général Reille en posture délicate, il s'est mis à l'abris dans un carré pour éviter de fuir devant un régiment de dragons légers hollandais.

 Le train d'artillerie et son caisson pour la pièce de 12 qui est à coté du carré.
 L'attaque de la division Perponcher et le 2ième régiment de Nassau qui fait face à la division Bachelu.
 La moitié de la division se met en défense pendant que l'autre reste en colonne de route et cherche à échapper à l'offensive française.
 Le Général Chassé et une de ses brigade s'apprête à faire face à l'attaque de la division Foy dont un bataillon léger (sur les 3 envoyés) a pris le contrôle de la cour du relais de poste.
 Le Prince Guillaume au coeur de la tourmente...
Une dernière vue sur la pièce de 12 (batterie de reserve du corps) et du carré qui la protège, au fond, la divison Foy qui fonce sur les Hollandais.

Avant de présenter mes premiers combats, voici quelques images des Chevaux Léger Lanciers photographiés au mois d'Avril, cette fois-ci, ils sont soclés et les fanions de lances ont été posés :




Bonsoir à tous,
Depuis mon dernier message, j'ai bien avancé sur mon armée Napoléonienne. J'ai ré-aimanté la totalité des figurines peintes depuis 13 ans, l'expérience lors des journées 1er Empire de Brive, avait été assez catastrophique, dans la foulée j'ai peins les fanions de bataillons et collé des drapeaux "Adolpho Ramos".
J'ai terminé les troupes françaises qui étaient aux Quatre Bras avec les cuirassiers du Général Guiton (8ième et 11ième Rgt) qui appartiennent au corps de cavalerie du Général Kellermann. La peinture de ce corps a été poursuivie par le 2ième Régiment de Carabinier, à titre d'essai, il s'agit de mes premières figurines en plastique depuis les années 70.
Voici donc les photos :







samedi 2 avril 2016

Après un long silence, mais une période de peinture relativement intense, jusqu'au début de l'année, en fait, voici des nouvelles dont certaine de quelque intérêt :
La première et la plus importante est la création sur Brive du Club de Jeux d'Histoire et de Simulation du Maréchal Brune ( natif de cette bonne ville), à la suite d'un événement "A la découverte du 1er Empire!" organisé par la mairie les Samedi 9 et Dimanche 10 janvier 2016. Etaient organisés une découverte du premier Empire au musée Labenche autour -entre autres- des collections sur le Maréchal Brune, une conférence donnée en soirée par Emmanuel de Waresquiel à l'occasion de la sortie de son dernier livre : Cent jours : la tentation de l'impossible, et concernant notre activité de prédilection, une démonstration de jeux de figurines Napoléoniens aux Archives Municipales.
Tout ceci a été l'occasion de rencontrer des joueurs d'histoire de la ville et des environs. Un personnage directement intéressé par l'organisation de cet événement et par le jeu est venu me susurrer à l'oreille qu'il serait dommage de laisser passer une telle occasion, et l'idée de créer un club sur Brive fut lancée.
Nous nous rencontrons le dernier vendredi de chaque mois (il y a beaucoup de pères de famille aux vies proféssionnelles chargées). L'un de nos membres (Brazouk) nous a mis en place un forum dont voici le lien :
http://marechalbrune.les-forums.com/forums/.
Mes figurines Napoléoniennes ont fait leur première sortie à cette occasion pour les photos prises par "Custodes"  il faudra aller voir à cette adresse : http://www.jeudhistoire.fr/forum/viewtopic.php?f=20&t=13746, .
De mon coté j'ai terminé le corps d'armée de Reille en 1815, la brigade de lanciers de la division Piré a raté de peu cette première partie, je n'avais pas eu le temps de les socler, et cela reste à faire, j'ai eu un petit coup de mou, mais voici quelques photos :















Les 2 dernières photos présentent mes premiers cuirassiers en peinture, il y a 6 figurines pour représenter les pertes, tout le reste, chevaux et cavaliers, représenteront, une fois finis le 11ième régiment, qui a chargé aux Quatre-Bras et à Waterloo, sans cuirasse. Ils sont à 9 figurines au 1/40ième. 332 hommes d'après le site Mont Saint Jean, en 2 escadrons (je sais, j'ai un peu forcé la représentation).

jeudi 21 mai 2015

Sur ma lancée éditoriale je voulais conclure sur mes progrès de peinture concernant le corps du Général Reille à Waterloo. Lors de l'un de mes derniers messages le concernant, je présentais la division Bachelu, en précisant qu'il manquait 2 bataillons à faire pour cette dernière.
Aujourd'hui, il me reste à terminer 2 bataillons pour finir l'infanterie du corps.
Il s'agit du 100ième de ligne à 2 bataillons de 14 figurines chacun.
Ci-dessus, un des voltigeurs du 93ième de ligne. De façon arbitraire je leur ai attribué un shako original : galons verts à lisérés rouge. Un mannequin du musée de l'Armée porte une coiffure similaire, sans que je sache à quelle unité il appartenait.
Voilà, je vais reprendre la peinture des lisérés et galons rouges du 100ième, la peinture à bien avancée depuis que la photo a été prise.
Bonsoir à tous.
3ième Bataille jouée depuis un an, date de la dernière publication.
Les 3 parties ont été faites en "1870" avec Francis Adan comme adversaire - redoutable -.
Nous avons fait 2 versions de la bataille de Kulm, avec, la première fois des Français "Républicains" à la place des Français de 1813, et les Prussiens, joués par Francis, qui déboulent dans une belle plaine occupée par quelques collines centrales défendues par les Français. Les dés de commandement Teuton n'étaient pas extraordinaires, mais on se dit que ça suffira toujours pour déployer l'artillerie de corps... J'ai offert une belle résistance (je jouais Français).
Deuxième partie : les Prussiens occupent la place des Français en 1813 et ces derniers donnent l'assaut.
Pas d'artillerie de corps pour les Frisous, ils ont 2 divisions avec l'artillerie qui y test attachée (8 batteries).
En face : 2 divisions Françaises, toujours républicaine - donc 50% de mobiles - une brigade de cavalerie.
Entrée aléatoire des amis du Grand Orient - une seule division fait son apparition par la route la plus proche des positions Prussiennes... 2 batteries dans ladite division, en face : 8 batteries (Krupp et c'était pas des machines à café...), les 2 divisions d'infanterie qui déboulent, plus une division de cavalerie (3 brigades chez les Fridolins). Ce fut une expérience intéressante, c'est la première fois ( depuis que je ne joue plus avec des Airfix) que j'ai vue des bataillons partir en captivité. La deuxième division Française est péniblement apparue alors que la première achevait de se faire annihiler. Je n'évoquerai pas le niveau des ses bataillons de mobiles.
Tout ceci s'est joué avec Principle of War Editon de 1995, c'est une règle plaisante à jouer, si, si, j'insiste.
Troisième partie : J'ai pris des photos (ma deuxième fille pour être précis) et gros changement : je jouais Prussiens -comme cela ce ne sont pas toujours les même qui gagnent.
Vue Générale du Champ de bataille : Une division Française est entrée par la route à gauche en colonne de marche, une brigade Prussienne à fait de même par la route de droite, et l'a quitté immédiatement pour franchir la ligne de crête au premier plan. 6 bataillons, un régiment de dragons, et 2 batteries contre 13 bataillons dont des Zouaves et des Turcos accompagnés de 4 batteries d'artillerie + une mitrailleuse cela fait juste même si les Français étaient en colonne de route.
Sur la photo les Prussiens ont été repoussés : tout ce qui est sur, ou à droite de la ligne de crête à retraité lors des tours précédent. Le bataillon que l'on voit de face sur cette ligne est une unité de Zouaves s'apprêtant à charger de flanc un bataillon Prussien, tout le reste est en train de s'offrir un baroud d'honneur.
A peu près au milieu du terrain une autre brigade qui apporte un vague soutien à la première citée.
Les troupes de cette division avaient pour ordre de prendre le contrôle de la route coté Français.
Ces routes convergent vers un pont et son village. Une rivière traverse le terrain dans sa largeur à ce niveau.
Le but du jeu étant de prendre le contrôle du pont et du village, deux autres divisions se sont précipitées par 2 routes partant des angles opposés du terrain vers le carrefour névralgique que l'on distingue dans le lointain au centre du terrain. Les bâtiments sur la droite appartiennent à une grosse ferme.
 Vue du carrefour et de son pont : le tout est occupé par les Français qui en étaient les plus proche.
 Par cette route est arrivée une brigade Prussienne qui n'a rien pu faire contre les troupes retranchées, une seule mélée perdue, trois assauts repoussés au moral. L'artillerie en retrait sur une colline impuissante face à la qualité de la "couverture" : 2.
 Deuxième brigade de cette autre division, arrivée très lentement à cause de dé de commandement calamiteux..
Dans la dernière version de PoW. les divisions Prussiennes ont droit à un général pour commander le tout (dé de moyenne, minimum 2) et à un officier d'état major (D6)
 La position Française est "blindée" : pont défendu par des Zouaves, les fantassins dans le bâtiment légèrement en arrière, ont fait un "10"lors de leur test de valeur, la haie qui commence à gauche, voir photo ci-dessous.
 Un bataillon en défense en bout de ligne et un alignement de pièces d'artillerie.
 On revient sur les premiers combats présentés : voici les unités Prussiennes qui ont dévalé la pente, et qui maintenant sont sur le point d'être enveloppées.
 Un des 2 régiments de Dragons qui ont participé à cette victoire Française.
Mon échec est dû à la dispersion de mes attaques  - et de mon artillerie.
Ce fut une belle partie jouée avec Francis Adan et un vieux camarade (de presque trente ans), Kriegspieler de toujours, ci-devant Tirailleur-Grenadier de la garde et reconverti dans la scie et le couteau, c'est à dire chirurgien de la Garde (dans le cadre d'activité de reconstitution historique).